'An amazing story' of giving that could change our world

Par DeWayne Wickham

ORLANDO - Harris Rosen n'est pas le genre de gars dont le nom fait généralement dans l'espace que j'habite sur les pages de ce journal.

Pour plus d'informations, Contact: Mary Deatrick DPR
(407) 718-4640 mary@deatrickpr.com
Photographie disponible dans le Galerie des médias

blogs.usatoday.com (Mars 20, 2007) ORLANDO — Harris Rosen n'est pas le genre de gars dont le nom fait généralement dans l'espace que j'habite sur les pages de ce journal.

Il n'est ni un, ni un voyou politique aspirant présidentiel. Rosen n'est pas un bigot ou un imbécile de grande envergure. Et mieux que je peux dire, he isn't a heartless robber baron. Ce qu'il est, cependant, est un homme très riche qui aime son don de bienfaisance pour être près et personnel.

Roses, qui est propriétaire de sept hôtels de la région de Orlando, a mis à profit Booker T. Washington's admonition to "tomber vos seaux où vous êtes." Depuis 1993, Rosen a utilisé sa fortune pour aider à revitaliser Tangelo Park, une fois la drogue infesté, problème en proie communauté non près de ses propriétés hôtelières internationales d'entraînement.

"Ce type de programme, si répliquées, will change our society so we don't even recognize it," Rosen dit du Programme Parc Tangelo il des fonds. The twin cornerstones of this effort is Rosen's pledge to provide free preschool education for all 2-, 3- et 4 ans, les enfants, et un collège d'enseignement pour tous les diplômés du secondaire dans Tangelo Park.

Rosen's largess has helped turn things around in this community, qui a un peu plus de 2,400 personnes et est presque 90% noir.

Des progrès notables

"C'est une histoire incroyable," dit Charles Dziuban, a University of Central Florida professor and member of the Tangelo Park Program's advisory board. From the program's inception, crime dans Tangelo Park a chuté de 67%, and the area's high school dropout rate fell from 25% à 6%, Le Chronicle of Higher Education a indiqué dans 2004.

Roses, who is white and grew up in the Hell's Kitchen section of New York City, pense que ce succès peut être reproduit dans d'autres villes. Il veut d'autres personnes riches à suivre son exemple. "If they'd come to Tangelo Park, s'ils parlaient aux enfants, they would go home and find a neighborhood in their community and do what I'm doing here." Les Américains les plus riches sont plus riches que jamais. Cette année,, everyone on the Forbes.com list of the nation's 400 personnes les plus riches est un milliardaire. Et de donner dans ce pays a atteint un niveau record l'an dernier avec 21 Américains dédoublement de dons d'au moins $100 millions à des organisations caritatives.

Plus d'aide nécessaire

Mais Rosen, qui dit qu'il a donné plus de $7 millions pour le Programme Tangelo Park depuis sa création, veut que ses frères riches à faire davantage pour aider les problèmes proie, les quartiers pauvres.

"Le gouvernement est tout simplement trop dense, trop stupide, trop inepte pour ce faire," dit-il. "If Oprah came down here and saw what we're doing, elle le ferait quelque part. Si je pouvais obtenir (Commissionnaire de la NBA David) Stern à venir, Je pense qu'il obtiendrait chaque équipe NBA impliqué dans un projet comme le nôtre" dans leurs villes.

It might take just that to get a lot of this nation's wealthy to follow Rosen's lead.

Most of last year's record-breaking gift-giving by the rich went to colleges and universities, fondations, groupes artistiques, les hôpitaux et les musées, The Chronicle of Philanthropy rapporté. Bien que ceux-ci sont toutes les bonnes causes, they will be of questionable value if we don't salvage the neighborhoods where crime and ignorance fester.

Rosen says charitable giving is much more rewarding when the donor gets personally involved. Il ya deux ans, the U.S. Dream Academy — a Washington, D.C.-area group that helps at-risk children realize their dreams — seemed to agree. It gave Rosen its President's Award for his work in Tangelo Park.

But what Rosen wants more than recognition is for others to emulate him. He wants more of this nation's rich to use their money to tackle the stubborn problems that cause poor children to begin school with an educational deficit, underachieve in the classroom and drop out before graduation.

He understands these problems give rise to the kind of pathological behavior that threatens to reduce our society to an archaeological dig. He thinks the rich of this country ought to do something about it.

And I think he's right.

DeWayne Wickham writes on Tuesdays for USA TODAY

Pour plus d'informations, visite www.rosenhotels.com.